mercredi 23 avril 2014


B L A B L A

Sue Townsend est morte. Adrian Mole est orphelin, et je ne sais pas pourquoi ça me rend aussi triste. Ou nostalgique. De ce plaisir jubilatoire de le retrouver depuis ses 13 ans 3/4.
Miossec, toujours là, ici-bas, ici même, sa voix qui me suit me remplit, qui sait.
Le train, demain, 13h52-19h58, arrêt Figeac puis ensuite rejoindre Villefranche-de-Rouergue pour son salon du livre, et l'impatience tout de suite de remplir mon sac de bouquins pour passer le temps.
En 2009, la découverte du blog de la soupe de l'espace, une chronique dans la tête, une journée à Lille, une librairie, le livre Joyeux ornithorynque dévoré avec un café (une bière ?), "ha bon on peut raconter aussi bien aussi bon ?", l'envie d'écrire à mon tour. En 2014, Le préau des z'héros remporte le prix Graines de lecteurs de Pau. Manifestation organisée par, notamment, une bibliothécaire : Cécile Chartre. Alias l'auteur du livre en question. Et ça me remplit de joie : le vote des enfants + l'ornithorynque en arrière plan.

lundi 14 avril 2014






semaine MAXI-SOURIS cette fois
j'alterne avec MONSIEUR MOK, ça m'évite de bâcler certaines planches et de prendre un peu de recul (pour moi qui aime avoir fini avant même d'avoir commencé)

mardi 8 avril 2014





COMING OUT

Je suis une buse en informatique.

Impossible, notamment, de me servir de tous les avantages de photoshop pour reprendre ou retoucher une illustration.
J'essaie régulièrement de m'y mettre mais rien à faire, mon cerveau bloque et je redeviens en deux minutes l'élève au regard vide en cours de physique-chimie.
Comme ce que j'aime c'est avoir de l'encre sur les doigts (et les joues en période de bouclage), et que j'ai du fric à dépenser (dans les stocks de feuilles en cas de ratage), je m'en fiche pas mal.
Mais un truc que j'ai compris assez rapidement (en reniflant devant mes premières images imprimées) (pas de place pour le recul, on pleure ou on hurle de joie, mais l'entre deux jamais) c'est que le scan de l'image est une étape cruciale.
Bien souvent, je confie mes originaux aux éditeurs qui ensuite s'en débrouillent : pas besoin de scanner, ni de nettoyer, JE NE SAIS PAS FAIRE, et ça m'arrange (quand c'est bien fait).
Seulement c'est quand même parfois un handicap (quand c'est raté).
J'ai (je pense) trouvé un truc de fou (attention pas d'enthousiasme, ça ne concerne que les illustrateurs au niveau ZÉRO en bidouillage, y en a encore ?) : scanner mes illus en NB pour garder le noir bien noir (en plus j'ai l'impression que du coup l'image s'auto-nettoie, non ?) puis ensuite insérer ma couleur (ici aquarelle) (zut au lieu de pavoiser ici, j'aurais dû noter tous les clics faits pour ne pas galérer la prochaine fois) (tant pis je demanderai encore au lynx).
C'est rien (d'autant que je ne sais pas encore nuancer) (et qu'il y a encore les pdf-tiff-bordeldekleut-jpeg-bitmap à maîtriser) mais je me sens comme à l'aube d'une nouvelle vie avec des possibilités infinies.

SANTÉ !
non il n'y a pas de petite victoire




semaine MOK